3.2 Autres protections d’exploitation.

Vitrine 3D Suite

Le réseau de transport est susceptible d’être l’objet d’autres « situation anor-males » : insuffisance de production, qui entraine la baisse de la fréquence, pertes de synchronisme…

1-rib-3RIB 3 – ASEA – Années 1930-40 – Largeur : 23 cm.
Relais à maximum ou à minimum de tension. temporisé.

 

2-rf-2RF 2 – ASEA – Années 1930-40 -23 cm.
Relais de fréquence.

 

3-re-3RE 3 – ASEA – Année 1930-40 – 23 cm.
Relais wattmétrique.

 

4-rwt-11RWT 11 – CdC – Années 1940 – 23 cm.
Relais de puissance triphasé directionnel.
Il s’agit d’un relais électrodynamique : les trois éléments sont constitués d’un circuit magnétique en U avec un noyau, sur lequel sont montées les bobines intensité et d’une bobine, alimentée par la tension, montée sur un cadre mobile, avec un axe qui commande le contact.
Ce relais, en fonction de l’alimentation des bobines, peut-être à montage : « cosinus », « sinus » ou 30° (montage de la plaque signalétique). Dans ce cas, le contact change de  position lorsque le courant passe, dans un sens ou dans l’autre, le déphasage arrière de 30° par rapport à la tension.

5-rw-2RW2 – CdC – Années 1940 (?) – 19 cm.
Relais wattmétrique à retour de puissance.

 

6-dgu-210-1DGU 210.1 – Enertec Schlumberger – 1976 – 23 cm.
Associé au régulateur RG 51, il assure blocage des ordres transmis aux régleurs des transformateurs en cas de tension « inacceptable »  par les clients,  due à une anomalie de la régulation.

7-stu-20STU 20 – ICE – 1978 – 66 cm.
Poste sources HT/MT.
Signalisation tension anormale réseau.
Blocage des ordres au régleur en charge des transformateurs.

8-dfc-1711DFC 1711 – ICE – Années 1980 (?) – 66 cm.
Délestage 4 échelons.
Le système électrique fonctionne normalement en équilibre : production/consommation. Une insuffisance de production entraine le ralentissement des alternateurs, pouvant aller jusqu’à leur déclenchement sur baisse de fréquence, ce qui provoque un incident généralisé. Pour l’éviter il faut effectuer des « délestages » de consommation.
En raison de la pénurie d’électricité, le délestage a été pratiqué, dès avant 1946. En 1969, un plan de délestage prévoit d’effectuer des coupures de clientèle par tranche de 20 % de la consommation, avec 4 seuils de fréquence : 49 Hz, 48,5 Hz, 48 Hz et 47,5 Hz. A cette fin des automates 4 échelons (4 relais de fréquence) sont installés dans les postes source de la distribution.

9-drs-50-110-drs-50-2DRS 50 – ICE – 1971 – 66 cm.
Protection de débouclage en cas de rupture de synchronisme.
Des incidents importants : coupures multiples, courts circuits mal éliminés, défaut sur ligne en limite de stabilité… peuvent entrainer des  pertes de synchronismes entre groupes générateurs. Pour éviter une évolution en incident généralisé, il faut séparer du réseau les zones qui ont perdu le synchronisme.
A cette fin, dans le courant des années 1950, une protection de débouclage, basée sur le battement de la tension*, a été développée par EDF et fabriquée par ICE.
Cette protections ne donnant pas satisfaction, la DRS 50, de technologie électronique, est mise au point, en 1969, au laboratoire de Saint Denis.
Un des premiers équipements électroniques à composants discrets. Il détecte la perte de synchronisme  à partir des variations de la tension. Le déclenchement est donné après le nombre de battement choisis, par exemple : au premier pour les liaisons internationales, deuxième pour les lignes entre régions électriques et troisième la région ayant perdu le synchronisme.
* Pour la petite histoire : elle avait été dénommée par les agents la « ta ga da », car elle était basée sur le battement de relais de mesures électromécaniques.  

11-drs-n1DRS-N1 – ICE – Années 1990 – 19″.
Protection de débouclage, en cas de rupture de synchronisme, numérique.
Remplace la DRS 50.

12-essais-drsBoitier d’essais DRS – ICE – Années 1970 – 42 cm.
Boitiers d’essais, mis au point au laboratoire de Saint Denis, pour le contrôle des DRS.

 

13-dw-220DW 220 – CdC – 1950 – 66 cm.
Version 1970 de la protection de Débouclage Wattmétrique.
Cette protection est installée, dès les années 1950,  afin d’éviter des reports de charge excessifs entre réseaux. Elle provoque le déclenchement de l’ouvrage : ligne ou transformateur, si le report de puissance active qu’il subit est trop important. Le réseau s’étoffant, elle ne sera plus utilisée, pour cette fonction, dès les années 1970. Elle sera par contre installée sur les liaisons internationales, afin de contrôler les transits. Avec la télécommande des seuils de puissance depuis le dispatching.

14-satct1SATCT1 – ICE – 1988 – 66 cm.
Surveillance des transformateurs capacitifs de tension (TCT).
Les transformateurs de tensions traditionnels comportent : un circuit magnétique, une bobine primaire et une secondaire. On a utilisé en THT, par économie, des réducteurs de tension basés sur un empilement de condensateurs élémentaires. Il est apparu que des condensateurs élémentaires pouvaient claquer. Cette anomalie doit être détectée avant qu’elle n’est des conséquences.
La surveillance des TCT est basée sur le déséquilibre des tensions secondaires provoqué par des rapports de transformations différents dus aux claquages.

15-des-1100DES 1100 – Enertec – 1975 – 19″.
Auxiliaire logique de protection ligne (ALPL)
Installé dans le cadre du plan 400 kV 1975
En association avec notamment les protections de distance : provoque le déclenchement du départ sur défaut barres et la défaillance d’un disjoncteur.

16-padd-3000PADD 3000 – Schlumberger – 1983 – 19″.
Automate Défaillance Disjoncteur.
Le non déclenchement d’un disjoncteur, sur court circuit, peut entrainer une élimination beaucoup trop longue et des déclenchements anarchiques.
Afin d’y remédier, dans le cadre du plan de protection THT 1975, un systémé basé sur le retour au repos des protections ou sur les contacts répéteurs de la position du disjoncteur concerné, provoque le déclenchement des disjoncteurs de ouvrages raccordés au même jeu de barres. Ce système n’étant pas totalement satisfaisant, le plan 1983 prevoit l’installation d’un automate spécifique : L’ADD, basé sur le maintien d’un courant, alors qu’un  ordre de déclenchement a été émis vers le Disjoncteur. Le déclenchement des départs concernés est provoqué par l’intermédiaire de la protection différentielle de barres.

17-padd-icePADD – ICE – 1983 – 19″.
Automate Défaillance Disjoncteur (ADD).
(Voir PADD 3000).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.